Lettre à M. Peillon, ministre de l’Education nationale.

La culture de l’information et des médias au sein de l’Éducation nationale : le rôle du pro­fesseur documentaliste.

RESUME
Le 10 juin 2012, dans la pour­suite de la démarche engagée par la publi­cation du Mani­feste 2012, la FADBEN a adressé un courrier à M. Peillon, ministre de l’Éducation nationale, avec pour objet "La culture de l’information et des médias au sein de l’Éducation nationale : le rôle du pro­fesseur documentaliste."

Lettre à M. Peillon, ministre de l’Education nationale.

La culture de l’information et des médias au sein de l’Éducation nationale : le rôle du pro­fesseur documentaliste.


Monsieur,

M. le Pré­sident de la Répu­blique, François Hol­lande, déclarait le 15 mai 2012 : « Tant de choses ont changé ! Les condi­tions du travail de l’enseignant. Les com­por­te­ments des élèves ou l’irruption de la tech­no­logie numé­rique dans nos vies et dans nos classes. Mais une chose est pérenne : si le savoir n’est pas le monopole du maître, celui-​​ci garde la res­pon­sa­bilité d’en ordonner le sens. ».

Cette affir­mation, exprimée à l’occasion d’un hommage à Jules Ferry, fait écho aux conclu­sions de plu­sieurs rap­ports offi­ciels, dont celui du sénateur David Assouline sur l’impact des nou­veaux médias sur la jeu­nesse en 2008 et celui remis à Mme Nadine Morano, secré­taire d’Etat à la famille en 2009 par la com­mission « Construire une poli­tique struc­turée d’éducation aux médias pour tous ».

Les médias numé­riques, omni­pré­sents dans la société et son école, sont les pro­duits hybrides des mondes de l’information, de la presse et de l’Internet. Ces trois domaines culturels par­ti­cipent de ce que l’on appelle la culture de l’information, devenue en peu de temps objet d’étude des sciences de l’information et de la com­mu­ni­cation, ainsi que des sciences cog­ni­tives. Pour de nom­breux obser­va­teurs, per­mettre à tous les élèves, de la mater­nelle à l’université, d’acquérir cette culture, est devenu une priorité. Pour être efficace, cette éducation doit revêtir à l’école non seulement des formats inter­dis­ci­pli­naires, parce que l’information et les médias numé­riques irriguent toutes les dimen­sions de la société et tous les champs du savoir, mais également des formats d’enseignement spé­ci­fiques, afin que cette culture soit ins­truite sur la base de savoirs rai­sonnés et didactisés.

L’information-documentation est aujourd’hui devenue une dis­ci­pline ori­ginale, avec des formes qui lui sont propres, s’appuyant sur le nouveau concept de “culture infor­ma­tion­nelle”, proposé par la com­mu­nauté des cher­cheurs, pour mieux appré­hender la com­plexi­fi­cation actuelle des rela­tions entre l’enseignement, l’éducation, l’information, l’informatique et les médias ; mais de nom­breuses dif­fi­cultés freinent encore son développement.

L’intégration dis­parate de com­pé­tences d’information-documentation dans les pro­grammes des dif­fé­rentes dis­ci­plines sco­laires rend le pro­fesseur docu­men­ta­liste très dépendant des situa­tions locales pour dis­penser son ensei­gnement, et accentue le manque de cohé­rence dans l’organisation des appren­tis­sages info-​​documentaires, alors même qu’ils tiennent une place impor­tante dans le socle commun.

Le système éducatif français à cette ori­gi­nalité et cette chance de pouvoir compter parmi ses ensei­gnants un corps de pro­fes­seurs docu­men­ta­listes, habilité à faci­liter les accès au savoir des élèves via une meilleure maî­trise la FADBEN sou­tient cependant que celle-​​ci doit impé­ra­ti­vement s’articuler avec une néces­saire médiation ensei­gnante et avec un cur­ri­culum exigeant.

En ce qui concerne la culture de l’information et des médias, qui mieux que le pro­fesseur docu­men­ta­liste, ensei­gnant titu­laire d’un CAPES et expert de l’information dans l’établissement, peut tenir ce rôle ? C’est le message que le dernier congrès de l’association à Paris en mars 2012 - « Objets docu­men­taires numé­rique : nouvel ensei­gnement ? » - a voulu porter haut, en publiant un mani­feste [1], envoyé à tous les can­didats à l’élection pré­si­den­tielle, qui a été soutenu par des per­son­na­lités de l’éducation, des syn­dicats et un nombre important de nos collègues.

Nous vous demandons donc, Mon­sieur le Ministre, de bien vouloir prendre en compte nos argu­ments, dont le but prin­cipal est de contribuer à l’amélioration de l’éducation des géné­ra­tions à venir.

La FADBEN sou­haite, par la pré­sente, vous alerter et vous faire, sans attendre, état de plu­sieurs dos­siers qui néces­sitent des déci­sions. Elle a de sur­croît l’honneur de sol­li­citer de votre part une audience, et espère pouvoir être reçue rapi­dement, afin d’échanger sur ces sujets ainsi que, plus géné­ra­lement, sur les ques­tions rela­tives à la culture de l’information et des médias numériques.

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Mon­sieur le Ministre, à l’expression de notre consi­dé­ration distinguée.

Martine ERNOULT, pré­si­dente de la Fédé­ration des ensei­gnants docu­men­ta­listes de l’Éducation nationale


Notes

[1] Mani­feste 2012 : Ensei­gnement de l’information-documentation et ouverture à la culture infor­ma­tion­nelle En ligne - Dis­po­nible sur http://​fadben​.asso​.fr/​M​A​N​I​F​E​S​T​E-201

Documents joints
Lettre à M. le ministre Vicent Peillon, Juin 2012